Le poids démos…

… le choc du tout faux

DémosBon je vous l’accorde, le titre est un peu naze (pour les moins de trente ans, il fait référence à l’ancienne devise de Paris-Match “Le poids des mots, le choc des photos” – je vous l’ai dit, un peu naze). En tout cas, une bonne démo vaut son pesant d’or. Mais c’est quoi, une bonne démo ? En court, c’est celle que retiendra un casteur à la recherche d’une voix comme la vôtre, après avoir écouté vingt-six autres démos faites par des gens qui ont une voix comme la vôtre.

Comment atteindre ce Saint-Graal de la voix off ?

Maintenant, développons un peu. Pour cela, mettez-vous un moment à la place d’un casteur à la recherche de LA voix pour son projet. Vous avez douze démos à écouter. Douze démos qui correspondent assez précisément au type de voix que vous cherchez. Vous faites quoi ? Vous faites une première sélection. Comment ? En écoutant les cinq premières secondes de chaque démo. Oui, non, peut-être, définitivement non, oui, non, peut-être, non, non, non, jamais, oui… Cruel, mais vrai.

Voilà, c’est sept démos dans la poubelle, il en reste donc cinq. Maintenant, qu’est ce qu’on fait ? Et bien comme aux élections, on fait un deuxième tour. Cette fois-ci, on va écouter trois secondes toutes les sept secondes. Et hop, deux autres à la poubelle.

Pour le troisième tour, on écoute chaque démo, entièrement, voire deux ou trois fois chacune. Et voilà, un gagnant monte sur la première place du podium, secoue un magnum de champagne… enfin presque.

On aura compris que, les casteurs n’ayant pas beaucoup de temps, les premières secondes sont cruciales pour impressionner. Mais quoi d’autre ?

Votre démo parle… de vous

D’abord, il y a certains signes qui sont révélateurs. Par exemple, la longueur de la démo. Une démo medley professionnelle dure de soixante à quatre-vingt-dix secondes maximum. Quand un directeur de casting voit une démo de cinq minutes, c’est un signe que la personne qui présente cette démo ne maîtrise pas les codes du secteur et, donc, est un amateur. Poubelle.

voixoff-temoignage3Ensuite, comment la démo est présentée, son contenu. Une démo qui présente une pub entière, avec plusieurs voix, puis un poème, suivi par un message d’attente de dentiste et d’un personnage de cartoon hystérique, est révélatrice de quelqu’un qui ne comprend pas ce qu’on attend de lui. Différents types de travail demandent différents types de démo. Une démo commerciale, une démo institutionnelle, une démo personnages, et une démo narration artistique. Pourquoi ? Parce qu’un casteur commercial, par exemple, veut entendre – UNIQUEMENT – ce qui se rapporte à sa recherche, ce qui lui économise un temps précieux. Le reste ? Oui, poubelle.

Passons à ce que devrait être votre démo – je parle ici de votre démo commerciale medley, qui est pour la plupart d’entre vous votre démo principale. C’est votre devanture de vitrine, votre brochure, votre CV : elle devrait être une fidèle représentation de votre talent. VOTRE talent, pas celui du DA qui vous a dirigé, pas celui de l’ingé son qui l’a monté… Vous. Soit vous avez plusieurs années de travail derrière vous et votre démo sera un montage de différents enregistrements que vous avez pu faire, soit vous commencez et vous aurez enregistré des maquettes de pubs. Peu importe. Assurez-vous que ce que vous lisez est en adéquation avec votre voix. Si vous êtes une femme dotée d’une voix très jeune, ne mettez pas un personnage de cadre dirigeant de 40 ans. Si vous avez une voix comme la mienne, ne prétendez pas être adolescent. Surtout pas. Pourquoi ? Parce que poubelle.

Les caméléons, ça vit dans le désert, pas en studio.

Prétendre qu’on peut tout faire pour décrocher tous les boulots est rarement une stratégie gagnante. En fait, ça ne l’est quasiment jamais. Laissez le concept de voix caméléon aux quelques rares comédiens qui en ont fait leur spécialité et à ceux, beaucoup plus nombreux, qui pensent à tort faire partie de la famille des Chamaeleonidae. Je développe ce sujet dans cameleon20 conseils pour réussir en voix off sans vous faire détester par vos collègues, que je vous conseille vivement de lire.
Dans la majorité écrasante des cas, personne ne veut d’un caméléon : si je cherche une mère de famille ostéopathe de 35 ans, amicale, naturelle, douce, rassurante et professionnelle, je veux entendre une comédienne me présenter différentes facettes de sa voix, de ses approches du script, de ses interprétations.
Je me fous comme de mes premières chaussettes que cette comédienne fasse aussi très bien une arrière grand-mère édentée, une ado prépubère surexcitée et le bruit du TGV en rase campagne bretonne un dimanche pluvieux de novembre. Sauf, évidemment, si je cherche les quatre à la fois ce qui, vous en conviendrez, est une quasi-impossibilité statistique. Si vraiment vous en êtes capable, ces prouesses vocales appartiennent à la démo personnages, pas à la démo commerciale. Ou inscrivez-vous dans un cirque, vous allez faire fortune.

Démo ? Non, Démos.

Si vous ne retenez qu’une chose de cet article : une démo par genre. Pas de mélange. Bon, essayez quand même de retenir plus qu’une seule chose, ou alors bookmarkez cette page ! Sérieusement, votre démo commerciale medley ne doit contenir QUE des pubs, promos web, et à la limite, habillage antenne. Si vous avez déjà quelques campagnes sous le coude, elle devrait commencer par la plus grosse pub que vous ayez enregistrée : une marque connue, ça met les casteurs en confiance. Pas toute la pub : juste la partie la plus représentative, avec la marque.
En passant, ne mettez JAMAIS une autre voix que la vôtre. C’est confusant.
En numéro deux, mettez ce qui représente le mieux votre voix, et qui offre une interprétation différente du premier extrait. Vous voulez présenter votre marque de fabrique, mais également votre gamme. Attention, ça ne veut pas dire : en premier, une voix de dur de vrai de tatoué, suivi par Caliméro. Ça veut simplement dire offrir une variation qui permet au casteur d’entendre votre polyvalence, et que vous pouvez adapter votre interprétation à ce qui est requis. Vous pouvez par exemple passer d’un script chaleureux à une lecture plus informelle, puis à un ton plus informatif. Sans perdre votre identité. Cohérence est ici le maître-mot.poubelle À chaque fois, des extraits de 5 à 7 secondes, pas plus, mixés professionnellement. Normalisez les niveaux de sorte que le son ne fasse pas des bonds de plusieurs décibels. C’est franchement déplaisant et si ça persiste, vous savez où finit votre démo ? Oui, là.

 

Votre démo institutionnelle, elle, doit contenir des extraits qui démontrent votre capacité à narrer des sujets techniques, difficiles, parfois – soyons francs ! – ennuyeux, et à les narrer en gardant l’audience intéressée. Cette démo devrait contenir au moins quelques extraits ‘dry’, c’est à dire sans musique ni effet – juste votre voix. Ceci permet aux casteurs d’entendre votre ‘phonogénie’ qui, pour une vidéo d’entreprise par exemple, est extrêmement importante vu que c’est elle qui ‘colore’ la vidéo, les SFX (musique et effets, aussi appelés M&E) n’étant qu’un tapis.
Pourquoi cela n’est-il pas recommandé pour la démo commerciale ? Bonne question. Réponse : parce qu’en pub, la voix n’est qu’un des éléments sonores venant habiller un spot, et il y est au contraire important de démontrer sa capacité à travailler en harmonie avec l’habillage sonore (rythme, silences, projection, intention, sentiments), plutôt qu’en opposition, ou en rapport de force (plus sur ce sujet dans mon article Une Question d’Organe).

tête enfouie dans les mainsLa démo personnages est optionnelle : il vous faut maîtriser parfaitement la caractérisation avant même d’y songer. Je répète : parfaitement. Non, vraiment, parfaitement.

Tout aussi optionnelle, la démo ‘narration artistique’. Mettez-y poèmes, lectures de textes choisis, mais aussi un extrait de livre (un paragraphe, pas le livre entier !) si vous voulez vous lancer dans l’audiobook. Là encore, il est extrêmement difficile de maîtriser cet art particulier ; à ne recommander qu’aux comédiens voix off très expérimentés.

Vous chantez ? Bien ? Et par “bien” je veux dire, à un niveau professionnel ? Faites une démo jingle – mais surtout, surtout, pas de jingle dans votre démo commerciale.

Fait maison ?

Si vous avez des années d’expérience, que vous connaissez parfaitement votre marché, que vous avez les compétences techniques nécessaires, pourquoi pas ? Sinon, n’y pensez même pas. Souvenez-vous, vous avez une chance et une seule, ne la gâchez pas en présentant un travail amateur en postulant en tant que professionnel. Investir dans la meilleure démo possible est absolument essentiel à votre réussite.

Et finalement, technique : ne sautez pas ce paragraphe !

cassetteTout d’abord, nous sommes au 21ème siècle : pas de cassette, pas de CD, on envoie ses démos par email. Je sais, ça paraît évident, mais vous seriez surpris…
Assurez-vous que vos démos soient en format mp3, 64kbps mono. Ça n’est pas la meilleure qualité c’est sûr, mais une démo, c’est juste une démo, pas un opéra – et ça réduit la taille du fichier ce qui rend son envoi par email moins lourd.
Si vous envoyez un WAV de 74Mo, vous savez où ça va finir.

Merci d’avoir lu cet article et si vous l’avez trouvé intéressant, pensez à le partager avec vos amis et vos collègues au moyen des boutons de réseaux sociaux ci-dessous !

N’hésitez pas à partager ici votre expérience et à laisser vos commentaires, vos suggestions ou vos questions. Ne vous retenez pas, je ferai de mon mieux pour y répondre.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 88 autres abonnés

Share This